Archives par étiquette : Lichen

Lichen, numéros 16 et 17

Textes publiés dans la revue Lichen, numéros 16 et 17, août-septembre 2017

Deux « poèmes » (désinvoltes) rédigés sur un coin de nappe en papier, (restaurant Le skipper St-Martin-de-Ré, 6 mai 2017).

A L. C., en le remerciant pour ses beaux silences
et à Philippe Fréchet pour les siens, qui ne le sont pas moins.

 

à force de tirer
sur la pelote de mes jours
mon temps tire à sa fin
et je n’ai toujours pas écrit
un vrai poème
un grand poème
ne serait-ce qu’un seul
(mais combien pourraient dire de même ?
et je pense cela sans m’en consoler)

j’avoue que j’ai l’air
d’avoir perdu courage
– et c’est peut-être plus qu’une impression

un coup d’œil dans la glace
un clin d’œil dans mon cœur
me donne envie
de la fermer à tout jamais

alors pourquoi me forces-tu à me pencher ici
Seigneur de ma vie
Toi le Grand Sourd-muet
à me pencher à cette table
au milieu de la nuit
à me demander comment être beau ?
(de la pure beauté de l’esprit)
à me demander comment être vrai ?
(de la vraie vérité de l’âme)
à ne jamais tricher avec mes sentiments
pour trouver les seuls mots qui importent ?

oui au moins
une seule fois

*   *   *

La paix n’est pas entrée dans ma vie
qui s’est échappée à mesure
par tous les pores de ma peau,
et la paix était là
que je ne voyais pas
ou si peu et si mal

Aujourd’hui encore,
souvent, je me cogne dans ma vie,
essayant d’attraper son souffle,
de regarder quelqu’un qui marche dans la rue,
de faire la queue dans un magasin,
d’attendre un ascenseur qui ne vient pas,
ou faisant n’importe quoi d’autre,
comme de supporter les nouvelles du monde
en regardant le ciel,
trébuchant comme  d’habitude
sur l’indéfinissable de la beauté du jour
ou de l’intelligence d’un sourire

Ma toute petite vie :
si tortueuse
mais pourtant si loyale,
si dévouée à ses obscurs desseins
et, je m’empresse de le signaler,
qui se débrouille très bien sans moi,

s’en débrouille à merveille,
au point parfois de m’oublier

Michel Diaz

 

Lichen, revue de poésie – N° 12 et 13 (février, mars 2017)

Michel Diaz, deux textes sans titre extraits de la suite Dans l’inaccessible présence (inédit) , publiés dans les numéros 12 et 13 de la revue Lichen. 

 

 

 

Tous ces mots
la plupart inutiles

Juste pour déplacer
l’ombre un peu
l’ombre trop lourde
qui écrase

Juste pour avancer
un peu plus vers là-bas
sur un chemin d’abîme

Juste pour
essuyant la vitre et
la glace sans tain des années

entrevoir la clarté du fanal
dans la chaleur duquel
comme une flambée brève
un fagot de sarments

a brûlé la maison
de l’enfance

* * *

Nuit trop lucide
La vie bat
sous l’écorce des heures

Elle bat
simple à fleur de temps
et s’use lentement
s’éloigne à pas de neige

La mémoire
est une chemise froissée
longtemps portée
et qui encore le sera
jusqu’à la déchirure

Mais voilà la nuit
qui s’écarte un peu
pour nous laisser passer
nous laisser retrouver
la première étoile du jour
et le chemin de l’aube

Quand la rumeur
du monde nous rejoint
nous regardons monter
la flamme du soleil

et nous étonnons d’être encore

Lichen N° 6

Michel Diaz, trois textes sans titre, publiés dans la revue Lichen N° 6, juillet 2016

demain
on enterre novembre
dans le fumier des feuilles et
comme chaque soir conduit
par les essaims de l’ombre
le vent s’en ira d’où venu
dans le bleu blessé par
le couloir crissant des rues

nous sommes seuls chacun
si loin de l’autre
dans une heure d’eau lente et d’écluses
– nos chemin incertains
se perdent dans le sable

qui peut savoir
au verso d’une voix
ce qui tremble ce peu
d’écume voici pourtant
mon front mes yeux ma bouche
rire silence amour
mort
au bout du doigt qui trace
le feston de son nom
sur la page embuée d’une vitre
l’image tendre et chaude d’un
visage à jamais perdu

que jamais aucun mot
ne ressuscitera du séjour
où le temps lentement
l’enténèbre

* * *

certains jours de partage
on s’habille si justement
de la simplicité du vent
ou de la lumière exacte du ciel

qu’on habite son seul silence
au cœur du nœud léger du Temps
comme un lit d’écume
initiale
une énigme délicieuse

que la vie
tout entière
ne pèse pas plus lourd
dans l’assiette bleue de sa paume
que la langue d’un chien ami

* * *

il y aura
ici plus tard je crois
à un moment inattendu de l’expansion du monde
un grand moment de neige étincelante
d’air tranquille
de parole sauve

un silence de cloche et de voûte
pareille à une fumée bleue et lente

ce sera
quand paraîtra l’aube
descendue grave et rose
d’une échelle de rouges-gorges

les fenêtres se vêtiront
d’un corsage de braises fraîches
et d’une jupe de lagune

toute pensée alors
sera punie d’exil

Michel Diaz