Léon Bralda – un poème inédit

Un poème inédit de Léon BRALDA
Extrait de « Aux fissures d’un songe » 2021


Les mots. Les mots qui ne disent pas ce qu’ils savent du
jour naissant, ne disent pas ce qu’ils cachent du soir
éteint au large des saisons. Les mots-silences, les mots
ouverts dans l’âtre froid d’un souvenir de classe… Le
ciel a traversé les mots. Enterré le secret dans le terreau
du temps. Effondré ce souffle obscur qui saille en fin de
phrase : j’ai dit.
Un point qui tombe mal sous la graphie du songe… À
peine révélé, ce peu de ciel incandescent
Brûlure,
Écho regard
Une pierre équarrie
Une herbe
Une araignée
Lycose Nuit velue
Allumettes
Incendie
Jeux d’enfant et graillons

Brûlure sous le ciel
Le silence éperonne les possibles paroles qui montent
lentement au seuil de la lumière. Je dis. J’ai dit… Je porte
voix jusqu’au mutisme d’un signe noir écrit pour
l’ombre, et pour l’épave, et pour le grain mauvais des
champs de la jeunesse.Pierres dressées à l’horizon des lèvres, une à une,
assemblées pour la levée du cœur lorsqu’ailleurs on
enterre un être cher… Pierres logées aux creux de la
parole, en ce lieu imparfait où le vide accomplit. Je sais
cet homme errant parmi les voies du monde et tous ces
signes lus sous le parvis du jour, et tous ces noms perdus
aux caves de ses yeux.
Eclairant éclairée
une lampe jeunesse
Etendue vagues bruits
Et la maison mémoire
Nuages lourds volets persiennes
Vieux tas gisant
Cet homme passe au gré des mots replets. Il a l’âge du
ciel quand l’enfant chante haut, l’âge des cimes bleues
sous l’aile endolorie d’un mois de mai, l’âge d’un
homme nu derrière le paraître.
Et sonne l’heure neuve aux porches des églises qui
annoncent ailleurs la terre opaque.
C’est le silence qui campe à l’arrière des mots : soc
rouillé qu’inexorablement corrode un ciel rageur et gris,
que lentement recouvre une herbe maigre. Un soc ruiné
portant un ciel d’orages vieux, annonçant le déluge dans
l’arrière saison, jetant l’absence à la face d’un mur où
l’ombre s’amenuise. Et l’enfant qui dispose quelques
soldats de plomb et quelques cailloux blancs pour jouer
à la guerre… Et l’enfant qui façonne des bribes de temps
faux à la bouche du rêve.

Soc carrelet tôle, ferraille
vieil outil
chant Etoile

Ciel et croix pierre et cri
souterrain puits bois mort

et la nuit
fracassée
Trop de silence après le mot ! Tas d’ombres ainsi
fauchées aux sillons des paroles entendues à grandmesse, quand on venait pour croire dans l’heure
paroissiale aux jours immaculés d’éternelle jeunesse. Un
enfant joue, pour son théâtre d’âme, au jeu de la prière.
Il prie. Il prie : labour étrange dans l’exact matin, un vieil
objet tranchant casse la terre où germe l’inachevé printemps

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.