Michaël Glück – un poème inédit

noir et rouge

ce qui vient au bord des lèvres

rouge sang rouge colère

rouge commune

sur trous noirs que laissent

les anciennes misères

dans la bouche des sans dents

ce qui vient siffle

les chiens de garde des rues

chacun chez soi se barricade

mort-vivant derrière des rideaux

qui ne se lèvent plus

sur la scène

villes vides

au milieu des isoloirs

les urnes

impriment et vomissent

des bulletins de vote

des appariteurs bionics

contrôlent la validité

des cartes de vecteurs

direction poubelle

le bonheur est dans le pré

les abords

du mur des Fédérés

sont sous haute surveillance

ni drapeaux rouges

ni drapeaux noirs

parce qu’à prononcer déjà

les noms étaient difficiles

considérant que le drapeau

de la commune est celui

de la République universelle
considérant que toute cité

a le droit de donner le titre de citoyen

aux étrangers qui la servent…

ce qui vient au bord des lèvres

rouge sang rouge colère

rouge commune

rouge noir

le thiers-état se pavane

pomponné cathodique

en spéculation bleu pétrole

ah j’aime j’aime diront-ils

ces exquises nôtres

extases versaillaises

sainte Hélène priez pour nous

inédit, michaël glück

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.