Daniel Martinez – un poème inédit

Inaugurales

« Les choses du monde se doivent regarder à l’envers pour les voir à l’endroit. » Baltasar Gracian

                                                                                                                                         Quand le paysage mouvant

     donne couleur

     à la dernière extrémité

                             de la nuit

     tout se tait

     une fine pluie de cendres blanches

     habillent tes lèvres

     la rosée des mots

     signe le jour

     et la grenade qui saigne

                             élit à contre-ciel

     les formes qui la suivent

     où se liguent et se livrent

     les rythmes et les forces

     Si loin des repères

     le monde ne serait-il plus

     dans les mains ouvertes

     de l’enfant nomade

     que ce que ses paumes réinventent

           gravures du hasard

     portées par le tracé
     des premiers finistères

     par un corps d’écoute

     offert à la langue

                             de l’esprit

     dans l’Ailleurs dans l’instant

     qui dépouillés de tout artifice

           sauvent 

           la nature souffrante 

     sans point de dérobade

     Mues par l’appel des sternes

     une poussée sauvage

     une substance sonore              

     comme voile apprêtée

     pour le festin des vents

     sans grève ni trêve       mais

     où va

     se fondre

     la quête de l’être      

     cherchant son lieu la terre mère

     à même ses percussions intérieures

                     nous là

                     fascinés

     sous le couvert du Temps

     par recoupes simultanées

     les yeux

     limpides jusqu’à l’absence

     éventent le secret

     du haut pays d’été

                                                   Daniel Martinez

                                                   12/5/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.