Colette Klein – un poème inédit

Tu sais que la nuit entre un peu plus sous ta peau

à chaque tour de sablier.

Le sang qui affleure à tes tempes

menace de fleurir.

La marée,

insensible à ta solitude,

n’en continue pas moins de héler la mort à coups de butoir.

La pièce commencera plus tard.

Sans toi.

Sans même le souvenir de toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.