Poésie/première – N° 65 (oct. 2016)

 

Il n’est d’ineffaçable

que le sang du rêve

au verso du sommeil

 

que l’infinie

patience de la mort

dans l’épaisseur des pierres

 

il n’est d’inaltérable

que ce que la clarté du jour

demande à l’impensé de dire

et ce que répond le silence

 

comme il n’y a encore

que la flamme impassible du temps

et la braise hagarde des mots

pour obséder la nuit

(Texte extrait du recueil Le Cœur endurant)

*   *   *

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.