Fantaisies – Bernard Henninger

fantaisies-couvertureFANTAISIES
Bernard Henninger – Editions Blogger de Loire

Bernard Henninger, romancier, nouvelliste, n’est pas poète, et il le dit, prévenant avec modestie ceux qui sont curieux de le lire.
Mais qui aurait le front de soutenir qu’écrire de la poésie serait le fait des seuls « poètes » (la plupart du temps, d’ailleurs, « autoproclamés »), la chasse gardée de ceux-là qui prétendent en détenir les codes et en faire une affaire de cercles « d’initiés » ?
« Je ne sais pas faire de poèmes, ne me considère pas comme un poète, ne trouve pas particulièrement de la poésie dans les poèmes et ne suis pas le premier à le dire. »
Est-ce Bernard Henninger qui insiste ? Non pas. C’est là ce que déclare Henri Michaux à l’égard de lui-même. Et bien soit, B. Henninger n’est pas plus poète qu’Henri Michaux, tenons-nous le pour dit.

J’aurais pu cependant commencer cette chronique en reproduisant… quoi… ce poème, ce texte, cet objet non identifié ?… Allez, simplifions-nous la vie en disant ce « poème » dont le titre, Lumbago, évoque les difficultés d’un corps paralysé par la douleur :
« Dimanche, immobile,
En chien de fusil,
Par terre, tête vide.

Lundi, à quatre pattes,
Puis tête en équilibre
Sur le dos, fragile et
Muscles en papier mâché.

Mardi, debout me suis mis,
Presque fier, d’être droit
Sans me servir de mes mains. »
Si je tenais à faire cette citation pour aborder ce livre, c’est qu’au-delà de cette évocation dont la simplicité a des allures de comptine, ce texte adopte une manière de parler du mal en le tournant en dérision, et qu’on peut aussi bien le lire de manière métaphorique. Débarrassons-nous de la comptine où le lundi, le mardi et les jours suivants, « le roi, la reine et le p’tit prince sont venus chez moi pour me serrer la pince », mais, plus sérieusement, on connaît la question que pose le Sphinx à Œdipe : « Qui, le matin…, à midi…, le soir…? »
Et c’est bien aussi (surtout) le fait de la poésie, revendiquée ou non, que de proposer aux mots de la langue une pluralité de sens et d’ouvrir, dans ce qui est dit, des chemins d’interprétation où se révèle quelque chose de plus essentiel. En effet, comment ne pas lire (en dépit des protestations que l’auteur ne manquera pas d’élever), dans cette pénible victoire remportée sur le lumbago, une volonté de l’esprit (on pourrait en faire une « éthique ») de lutter pour se redresser, et de traverser les épreuves de l’existence (physiques ou morales) pour en arriver à « se tenir droit » ? Trouvera-t-on cette interprétation abusive ? Nous reparlerons plus loin de cette « droiture ».

Donc, Bernard Henninger ne se prétend aucunement poète, disions-nous d’abord, mais le fait est là, il écrit de la poésie, en tout cas quelque chose qui lui ressemble.
En parcourant les textes qu’il a réunis dans ce recueil et qui couvrent pas mal d’années, on se rend vite compte que quelque chose est là, qui nous prend sitôt par le cœur, dans la clarté du dire, la fluidité des phrases. L’écriture de B. Henninger répond exactement à ce qu’il a écrit dans la postface à son ouvrage : « travailler, produire, et travailler à produire un regard distancié, de façon à voir mes fautes, mes imperfections, sans complaisance, et sans un emballage illusoire, ni vanité qui abêtit, ni puérilité consistant à tout casser dès la première faute – autre écueil – puis recommencer : produire, trouver le regard, source de créativité, produire l’objet désiré en lui donnant – sans dissimuler mes fautes – la plus grande droiture possible. »
Revoilà le mot de « droiture », non revendiquée en exemple à suivre, mais comme idéal personnel de vie, en tout cas d’écriture, mot auquel il faudrait accoler encore celui d’humilité.

Mais allons vers le corps du livre.
A lire ce recueil, on voit que Bernard Henninger reste attentif au monde, au règne humain et animal (animaux et insectes), au végétal encore, c’est-à-dire à celui du « vivant », qui les concerne tous les trois et les anime d’une vie secrète dont l’esprit de la poésie sait nous rendre compte, puisque la poésie s’applique à (essayer) de déchiffrer, sur le mode du sensible, le mystère des êtres et des choses, qui n’est pas autre chose qu’une perception plus aiguë du Réel, c’est-à-dire de ce qui est.
Ainsi, le temps qui file entre les doigts d’une rêveuse énigmatique, inscrite dans un paysage dont on ne sait si c’est la mer ou la montagne :
« Ses doigts que l’on dirait crispés
Sur une ultime énigme
S’ouvrent et laissent couler
A nos pieds un filet de sable. »
Ou ce qui apparaît dans ce pudique et émouvant hommage, rendu comme l’effleurement d’une caresse, à ce chat disparu qui, animal baudelairien, sait faire de sa mort une leçon de vie et, à coup sûr, de haute dignité :
« Ce n’était qu’un chat, un vieux chat malade,
Dix-huit, c’est un grand âge
Pour un animal aussi petit
Qui avait pris tant de place.

Dix-huit ans,
C’est le tiers de ma vie,
Il est parti serein, sage comme un sphinx,
Je vais le chercher
Encore quelque temps… je crois. »
Mais encore, à travers ces mots, cette attention à ce qui, dans l’ouverture de l’à peine perceptible, annonce le printemps, rappelant cet élan vital qui le perpétue :
« Au bord du chemin,
Le cerisier précoce ouvre ses rose pâle,
Sur les buissons des haies vives
Eclosent les fleurs minuscules,
Blanches et gracieuses,
Et dans le ciel, volant haut,
Les hérons cendrés
S’appellent à rudes cris
Pour annoncer
Le chambardement à venir… »

Ce souci de saisir les choses dans la brièveté d’une perception aussitôt dissipée rapproche la plupart de ces poèmes de ce à quoi s’attache la redoutable forme du haïku, et il n’est donc pas étonnant que Bernard Henninger s’y exerce à son tour. Je me contenterai d’en citer deux, souvenirs de voyage au Maroc, qui touchent à l’essence même du genre. Celui-ci d’abord :
« L’hiver des palmiers
Balançants,
Fruits aigres, les arbres rêvent. »
Et aussi celui-ci :
« Le soleil se reflète sur le cuir,
Voilé rythmiquement
Par le chiffon du cireur. »

Si la voix de l’auteur adopte quelquefois aussi des accents plus personnellement intimistes où douleur et détresse ne sont pas absentes (sans user d’effusions inutiles, mais dans la « distanciation », nous l’avons déjà constaté), comme ici, par exemple,
« Framboises fraîchement cueillies,
Glace à la vanille,
Elle avait tout apporté,
Il n’avait rien à offrir qu’une vague nausée,
Sauf sa fatigue et une dépression sans fond… »,
cela n’empêche pas son regard de balayer le monde, et images et paysages, impressions de voyages et scènes de vie dérobées comme des clichés, composent un tableau nécessairement fragmentaire, mais toujours plein de tact, où l’on voit que s’avance un homme qui, parmi ce qu’il voit et engrange de « choses vues » (j’emprunte ce titre à V. Hugo), prend la mesure de sa juste place. Peut-être est-ce l’une des voies qui conduisent à l’accomplissement de soi, qui implique de renoncer à ce qui n’est pas essentiel, implique de se dispenser de tout « emballage illusoire » et « vanité qui abêtit », quitte à le payer chèrement :
« Le prix de l’Accomplissement
C’est la solitude.
Le prix du Pouvoir,
C’est le Renoncement à soi,
La Servitude…
Entre Accomplissement et Pouvoir,
Il n’y a pas de choix,
Il n’y a qu’instinct. »
On serait tenté de prendre cela pour la « profession de foi » d’un individu engagé sur un chemin de vie et, pour une fois encore, filer la métaphore, supposer que « l’instinct » de l’auteur de ces textes le range du côté de ceux qui travaillent à s’accomplir, se contentant de faire simplement et justement leur travail d’homme, comme cet oiseau fait, aussi, « d’instinct », le sien :
« Perché au-dessus de la neige,
Le merle au bec jaune
s’essaie à quelques trilles. »

Bernard Henninger s’est de même essayé à ces « quelques trilles » qu’il nous livre dans ce recueil et se révèle dans ces textes sous le jour d’un auteur fraternel et généreux, infiniment sensible. S’il ne cherche pas à jouer au poète, la voix qu’il fait entendre, audible, simple et nette, porte en elle un chant singulier, la vie et la chaleur humaine. Le tout enveloppé d’une extrême pudeur.

Michel Diaz, 07.10.2016

fantaisies-detail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.