Clair-obscur

Extrait de Lignes de crête, poème publié sur le site Terres de femmes, mars 2019

peinture 2019 acrylique sur toile 40x100 (1)

Peinture de Paola Di Prima

CLAIR-OBSCUR

aller
du crépuscule à l’inconnu
dans un cortège de présences
et de souffles

ces souffles
d’au-delà des âges
charrieurs des limons du temps
portant leur jarre d’ombre
sur l’épaule

ces passeurs d’une voix
toujours à l’aube d’elle-même
dans les frissons du sable
et l’attente de l’eau

comme une lampe dans la nuit
met en scène son clair-obscur
en bord de monde et de regard
mais toujours à la proue
de la terre

on écoute pour voir
et l’on regarde pour entendre
cette clé d’un songe qui fouille

les serrures de la lumière

Michel Diaz, « I. Chemin sans retour, à Walter Benjamin » in Lignes de crête, Éditions Alcyone, Collection Surya Poésie, 2019, page 18. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *