Archives de l’auteur : Michel Diaz

LA MONTAGNE – Prix Amélie Murat 2019

Poésie

Michel Diaz reçoit le prix francophone de poésie Amélie-Murat à Clermont-Ferrand

Michel Diaz reçoit le prix francophone de poésie Amélie-Murat à Clermont-Ferrand

Remise de la 66ème édition du prix francophone de poésie, Michel Diaz. © Rémi DUGNE

  

L’association Cercle Amélie-Murat a décerné son 66e prix francophone de poésie au poète Michel Diaz pour son recueil « Bassin-versant », mercredi 12 juin, à l’Opéra-théâtre de Clermont-Ferrand.

La présidente, Claire Demange, a rendu hommage aux poèmes philosophiques de ce recueil Bassin-versant, qui ont été lus devant l’assemblée, permettant aux férus de poésie de se plonger dans la méditation de l’auteur, qui évoque l’ombre et la lumière.

Michel Diaz, qui a enseigné les lettres et les arts dramatiques, s’est dit « comblé et ému » de recevoir cette distinction de la Ville  de Clermont-Ferrand.  «C’est rassurant, à cette époque de l’hyper communication, de voir que l’on peut encore laisser place aux mots, c’est une note d’espoir immense. Grâce à la poésie, à l’art, à la musique, il y a peut-être encore des choses à sauver dans ce monde », a-t-il conclu.

Fanny Guiné

Clair-obscur

Extrait de Lignes de crête, poème publié sur le site Terre de femmes, mars 2019

CLAIR-OBSCUR

aller
du crépuscule à l’inconnu
dans un cortège de présences
et de souffles

ces souffles
d’au-delà des âges
charrieurs des limons du temps
portant leur jarre d’ombre
sur l’épaule

ces passeurs d’une voix
toujours à l’aube d’elle-même
dans les frissons du sable
et l’attente de l’eau

comme une lampe dans la nuit
met en scène son clair-obscur
en bord de monde et de regard
mais toujours à la proue
de la terre

on écoute pour voir
et l’on regarde pour entendre
cette clé d’un songe qui fouille

les serrures de la lumière

Michel Diaz, « I. Chemin sans retour, à Walter Benjamin » in Lignes de crête, Éditions Alcyone, Collection Surya Poésie, 2019, page 18. 

 

Les voix du basilic, Coaraze – 24-26 mai 2019

Lettre d’information n° 209 http://www.amourier.com

Des nouvelles de l’AMOURIER

Nouvelle parution
(poésie)
Comme un chemin qui s’ouvre

                           de Michel Diaz

Voix du Basilic 24, 25, 26 mai




Ami(e)s des livres… et de la poésie,

La Beauté de notre Printemps des poètes 2019 fut assombrie par de récentes disparitions; celle de Marie-Claire Bancquart, entre autres, qui a signé deux livres chez L’Amourier, Impostures et Explorer l’incertain, à la façon de “L’élégance du secret”– titre du bel hommage signé par Marie Étienne dans le dernier numéro de la revue En attendant Nadeau.

Ainsi le Printemps se risque à poursuivre, à recommencer toujours, et ne pas douter de la poésie.

Comme un chemin qui s’ouvre, recueil que nous venons de publier de Michel Diaz, nous invite dans ce mouvement tant sa poésie a de facultés germinatives. La marche quasi quotidienne nécessaire à l’auteur pour écrire, le conduit sur des chemins sans contraintes, mais non sans “intranquillité”. Des mots s’invitent, accompagnent ses pas et, malgré lui, le conduisent à un lent retour sur lui-même d’où émanera, par tâtonnements, un autre visage mis à nu.
Dans cette approche recommencée de ce qui est – la marche, mais aussi l’écriture – rien ne se répète : la pensée en mouvement s’accorde au rythme du corps, du souffle; l’avancée chaque fois inattendue est probable suspension au fil de la clarté. Le lecteur est témoin sans savoir, juste pris dans le rythme. Mais il reviendra s’abreuver… pour son plaisir, à ce mince filet d’eau vivante.

Vous pouvez lire des extraits de ce livre sur notre site ici, où vous pouvez aussi le commander.

Vous retrouverez Michel Diaz lors de nos prochaines Voix du Basilic à Coaraze, les 24, 25 et 26 mai, avec Michaël GlückWerner Lambersyet Florence Pazzottu. En musique avec le BAKASAX de Jean-Marc Baccarini, et en compagnie d’un éditeur ami, Thierry Renard de La Passe du vent.
Découvrez le 
programme ici.
En amitié, et dans l’espoir de vous rencontrer à Coaraze,
Bernadette Griot

amourier.com