Liber figurarum C.VIII – Patrice Delory

Peut être de l’art
Peinture de Patrice Delory – Liber Figurarum C. VIII.
Deep inside.
Technique mixte sur papier coréen.
96 X 66 cm

Ah !  La fenêtre !

On regarde cette image, et l’émotion aussitôt nous étreint.

On ne sait d’abord pas pourquoi…Mais pourquoi justement ?

Peut-être que la césure que la fenêtre marque dans l’espace peut aussi s’effectuer dans le cas d’une réclusion : frontière inviolable ou espoir d’évasion, elle est alors l’unique point de contact avec l’extérieur.

Oui, pourquoi cette image nous laisse l’impression d’une solitude tragique ?  Semblable à celle que nous laissent certaines toiles de Hopper ?

Parce que cet homme est seul derrière sa fenêtre. Et séparé. Parce que la séparation se double d’une antithèse vie/mort : au temps arrêté de l’espace clos et plongé dans l’obscurité, ou dans la lumière incertaine qui est celle de cette image, s’oppose celui de la vie qui continue son cours dans l’espace ouvert du dehors. Mais ce dehors, (gris de son crépuscule ou peut être investi de brouillard), est-il plus lumineux que ce dedans ?

Quoi qu’il en soit, sont installées dans le dessin les conditions de l’expiation, méritée ou non, dont l’aboutissement peut être, dans les cas extrêmes, la mort elle-même.

La frontière participe alors pleinement de la dramatisation de l’image, elle porte en elle le désir de son franchissement, soit de la transgression. Soit l’abandon, c’est ce que l’on croirait plutôt ici, à la résignation de ne plus rien attendre de quelque lumière… La mort, alors serait déjà à l’œuvre.

Et d’ailleurs, le reflet du visage n’est pas « sur » mais « derrière la vitre, comme celui de qui en est déjà dépossédé… Reflet qui est déjà visage de l’absence – et n’appartient plus à personne.

                                                                                              MICHEL DIAZ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *