Offrandes – Michel Diaz/Olivia Rolde (septembre 2020)

« OFFRANDES – OLIVIA ROLDE »
Peintures : Olivia Rolde – Textes : Michel Diaz
Préface : Daniel Leuwers
Editions : Thi Lùu

Offrandes Olivia Rolde
OFFRANDES : 1ère et 4ème de couverture + rabats 1 et 2

Format 21 x 21, 116 pages, couverture 350gr semi-rigide avec rabats, papier silke demi-mat 150gr, cahiers cousus, 40 reproductions de toiles, 40 pages de texte, plus annexes, préface de Daniel Leuwers.

Extrait du texte :

écrire, peindre
il ne s’agit au fond que de déplacer le regard et de creuser l’écart,
d’éveiller quelque chose pour appeler à faire monde avec le monde
et à faire monde avec l’autre
la venue du mot sur les lèvres et de la couleur sous les doigts,
dans l’affrontement au blanc initial, ce si étrange blanc,
non pas la mort sous les paupières closes, mais creuset d’on ne sait
d’abord quoi
ce qui dit quelque chose où se révèle du réel la prime nudité,
la dernière innocence qui assure leur raison d’être,
cette langue agitée par le fond, ce corps à corps des mots vivants,
ce cœur à corps où va la main, son geste délesté de toute servitude
lieux de l’abrupt du sens et de tension du monde dans la chair
palpitante de sa matière où s’entend et se lit quelque chose
qui les submerge
cri origine et souvenir d’effroi,
ce sursaut-là, ce soubresaut, cette entaille dans la pensée,
soudain ouverte dans la nuit de la parole,
ce qui, comme un éclat de jour, fissure la pénombre,
ouvre l’œil à lui-même et rend le mot à son premier silence
pour y creuser l’espace qui nous élargit
13 –
Olivia Rolde 2

de tourbe
de cailloux de sable
de racines d’écorce de sève
de ronces d’arc-en-ciel de nuages

de rameaux convulsifs
de feuilles pourrissantes sous des lunes amères
et de miroitement d’étangs éblouis de clarté
de flexion d’âme d’agonie glaciaire

de lichen de vase d’eaux sales
de noces indécises et d’oiseaux de glaise
de soleil blanc d’étoiles mortes
de plaintes telluriques
et de pierres vives

de chemins traversés
de vent et de vols de ramiers
d’éclairs calligraphiques et de songes furtifs
de moellons muets et de remparts aveugles

d’échos de mer
d’algues visqueuses
de stridences de sauterelles
de chants barbares et de cris d’exil

d’appels de fond d’entrailles
d’yeux coulés dans la chaux
de nerfs de sang et d’os

— être devant
et être tout ce qui est

comme un pauvre parmi les pauvres
dans l’offrande du jour immense

comme une branche est dans le feu

2 réflexions sur « Offrandes – Michel Diaz/Olivia Rolde (septembre 2020) »

  1. Michel Diaz Auteur de l’article

    Cher Michel,

    Ce petit mail pour te dire oh ! combien j’ai aimé Offrandes. Tout est en harmonie et ta poésie offre un magnifique élan de vie. Elle est un corps vivant qui déploie son geste au-delà des apparences. Le devenir se construit aux couleurs des mouvances de la nature. Merci pour ce bel objet pour la découverte de cette peintre qui me touche vraiment.

    Je t’embrasse
    Monique

    Répondre
  2. Michel Diaz Auteur de l’article

    Bonjour Michel DIAZ

    Nous avons bien reçu en son temps « OFFRANDES » et le résultat est magnifique.

    L’effeuiller ne suffit pas, même si la tentation est grande, de parcourir à toute vitesse l’univers coloré d’Olivia et de s’y noyer.

    Mais ce serait perdre « la mise en perspective » de chaque œuvre grâce au texte poétique.

    Il faut savoir découvrir et parcourir ce monde coloré par le dialogue avec l’écriture.

    Au rythme des strophes, les plans successifs, visibles et invisibles de la toile, vont se révéler.

    Voilà un bel exemple de collaboration poétique et d’harmonie collective.

    Encore félicitation.

    Bien amicalement

    Patrice et Brigitte GARNIER

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *